Points clés à retenir du congrès d’Innovations en construction-Canada

L’Association canadienne de la construction (ACC) est un membre fondateur d’Innovations en construction-Canada (ICC). Le Comité de l’innovation et de la technologie de l’ACC reçoit régulièrement des rapports d’ICC dans la cadre de son mandat qui consiste, entre autres, à identifier les tendances et les technologies qui peuvent avoir un impact sur l’industrie canadienne de la construction. John Bockstael, 2e vice-président national de l’ACC et président du conseil d’ICC, et Ken Lancastle, directeur des tendances et pratiques de l’industrie et secrétaire permanent du Comité de l’innovation et de la technologie, ont assisté au congrès inaugural d’ICC qui a eu lieu le 3 novembre 2017, à Toronto.

Points clés à retenir du congrès d’Innovations en construction-Canada

Ken Lancastle
Directeur, Pratiques et tendances de l’industrie
Association canadienne de la construction

Lorsque le congrès inaugural d’Innovations en construction-Canada a tiré à sa fin, une chose est clairement ressortie de cette expérience : non seulement l’industrie est-elle sur la voie d’un changement massif, mais cette transformation et cette évolution sont déjà bien enclenchés.

« Nous sommes heureux d’avoir accueilli un aussi grand nombre d’intervenants de toute la chaîne d’approvisionnement de l’industrie de la construction à ce congrès pour participer à cette importante discussion, a expliqué John Bockstael. Ce qui est devenu bien apparent, c’est que notre industrie doit unir ses efforts et se mobiliser pour améliorer notre productivité et se préparer pour l’environnement changeant dans lequel nous exerçons nos activités. »

 

Des arguments irréfutables en faveur de la productivité

En résumant plusieurs conclusions tirées du rapport du Forum économique mondial sur l’avenir de la construction, Mathew Kattapuram du groupe AECON a présenté des arguments irréfutables qui expliquent pourquoi le secteur de la construction doit améliorer sa productivité.

Il a souligné qu’à l’échelle mondiale, une amélioration de 1 pour cent seulement de la productivité en construction peut produire des économies de 100 milliards de dollars. Il a également précisé qu’en améliorant le processus d’approbation et en apportant des réformes réglementaires, les améliorations connexes à la productivité permettraient des investissements de plus d’un billion de dollars dans les infrastructures d’ici 2030.

M. Kattapuram a également mis en lumière quatre principales mégatendances qui auront un impact sur la construction : un marché et une clientèle en évolution; un besoin grandissant de durabilité et de résilience dans la conception et la construction; des réalités différentes en matière de société et de marché du travail, et un contexte politique et réglementaire en transformation.

Dans tous les cas, ces mégatendances ne se produiront pas d’ici des décennies, mais elles se font déjà sentir aujourd’hui. « On constate une prise de conscience accrue et une plus grande sensibilisation au fait que notre industrie fera face à des changements sans précédent au cours des prochaines années, a ajouté M. Bockstael. En comprenant les facteurs qui suscitent ces changements, nous serons mieux en mesure de nous préparer pour innover et nous adapter afin de relever ces défis. Innovation en construction-Canada peut servir d’intermédiaire pour mobiliser un plus grand nombre d’intervenants et les engager dans des discussions sur la façon dont l’industrie peut travailler ensemble pour innover et améliorer notre productivité. »

L’industrie de la construction fait face à de nombreux défis qu’elle devra relever pour opérer ces changements qui s’imposent. Le premier défi est que l’industrie est hautement fragmentée. Un autre défi, comme l’expliquait un panéliste, est que l’industrie a l’habitude de fonctionner, en grande partie, selon des règles empiriques et de s’en tenir au statu quo.

 

Quoi de neuf en technologie

Une des plus importantes innovations qui aura probablement un impact sur la construction est l’intelligence artificielle, combinée à la disponibilité des données provenant des chantiers.

Que ce soit des capteurs dans les téléphones mobiles pour faire le suivi des activités ou encore, des données visuelles à haute résolution captées par des drones ou des caméras vidéo, la disponibilité de ces données, combinées à l’intelligence artificielle, a le potentiel de révolutionner la façon dont le travail est effectué dans le secteur de la construction.

Par exemple, l’imagerie à haute résolution d’un chantier peut être superposée à la maquette de modélisation des données du bâtiment (MDB) (qui comprend la planification 4D du projet) afin de déterminer si un projet respecte le calendrier établi ou encore, s’il est en avance ou a pris du retard. En ayant recours à l’analytique prédictive, le risque de retards potentiels est également analysé en tenant compte de la planification anticipée du calendrier. D’autres exemples comprennent la capacité de tracer les mouvements des travailleurs pour déterminer si des économies de temps peuvent être réalisées pour effectuer des tâches particulières. Avec la multiplication des données disponibles sur les activités des travailleurs, les leçons apprises en matière de productivité et de sécurité peuvent alors être partagées avec l’équipe.

 

Demande croissante en matière de durabilité

Au fur et à mesure que les gouvernements et les maîtres d’ouvrage commenceront à s’intéresser davantage aux coûts du cycle de vie de leurs actifs, à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à trouver des solutions plus durables, les secteurs de la construction et de la conception auront un rôle important à jouer à ce chapitre.

Les technologies et systèmes éconergétiques dans les immeubles, les matériaux à faible teneur en carbone et les stratégies de conception passive qui utilisent des sources d’énergie ambiantes sont tous des moyens qui peuvent répondre à cet intérêt grandissant pour la durabilité. Dans ce domaine, les capteurs et les outils de collecte de données joueront également un rôle important dans la transmission d’informations aux gestionnaires d’installations afin de les aider à mieux gérer l’impact environnemental des immeubles.

À cet égard, il y a de plus en plus de discussions au sujet des villes intelligentes, où des outils de collecte de données installés partout dans une ville transmettront des informations aux gestionnaires municipaux pour les aider à mieux gérer et surveiller les actifs. Au Canada, Infrastructure Canada est sur le point de lancer le Défi des villes intelligentes qui a été annoncé dans le budget de 2017; le gouvernement fédéral offrira du soutien financier et travaillera en collaboration avec les collectivités qui sont prêtes à innover dans ce domaine.

 

Consultez le site ccinnovations.ca/fr pour en apprendre plus au sujet d’ICC. Visitez eepurl.com/W8PE9 pour vous abonner à Hebdo ACC, notre bulletin électronique hebdomadaire qui comprend des faits d’actualités sur les technologies et les innovations qui sont pertinentes dans le contexte de l’industrie de la construction.